....................................................................

Citoyens 368, juillet 2018

Commémorer ? Quoi ? Pourquoi ?

LVN, La Vie Nouvelle fête ses 70 ans.
Le clap dessiné en couverture, ne fait pas de nous des vedettes. Il nous fait acteurs.
Il nous dit d’aller de l’avant, que l’action peut et est encore à commencer.
C’est bien l’enjeu de toute commémoration : non pas une séquence rétro, avec une musique larmoyante, un plan nostalgie.
L’actualité n’hésite pas à nous abreuver de souvenirs, d’anniversaires.
Mais à quelles fins ? Qu’en faisons-nous ? Qu’en reste-t-il ?
Dernièrement, il s’agissait de Mai 68. Les anciens lanceurs de pavés ont pu verser une larme, tandis que des analystes nous expliquaient que le joli mai d’il y a cinquante ans était un événement significatif, et d’autres que ce n’était qu’un écran de fumée.
En octobre, on fêtera les 60 ans de la Cinquième République. L’an prochain on fêtera les 70 ans du Conseil de l’Europe. Nostalgie, regrets, voix émues, œil mouillé ?
Commémorer n’a d’intérêt que si l’on en fait le socle d’un renouveau, le point de départ d’une actualisation, d’une réinvention des choses.
Les commémorations ne sont rien si elles ne sont pas une invitation à s’engager à transformer ce qui nous paraît insupportable dans ce monde.

Le dossier dédié (pages 12 à 27) rappelle de grands chantiers que nous avons entrepris et nous invite à les poursuivre, à les intensifier, à les renouveler.
Les premières pages ce numéro (pages 3 à 9) rapportent la Conférence sur l’Hospitalité organisée à Strasbourg, avec cette fois encore une foule d’informations sur la question de l’accueil des migrants, les difficultés rencontrées, les réussites obtenues.
Page 10, le sujet se poursuit avec le témoignage des États Généraux de la Migration (dont LVN est signataire parmi 470 autres associations) qui se sont tenus à Montreuil les 26 et 27 mai dernier. Cinq membres de La Vie Nouvelle y étaient et témoignent de ce qui s’y est dit.
D’autres échos, de Clermont-Ferrand à Marrakech en passant par Die ou Angers témoignent encore de nos élans de découverte, appétits de rencontre et engagements de citoyens d’aujourd’hui, bien vivants. Fidèles à notre nom, à nous de les vivifier, de les renouveler.

François Leclercq, Président de LVN

Quelle hospitalité pour les réfugiés...
- Pour une nouvelle politique migratoire en Europe
- A Fribourg, l’hospitalité concertée
- A Strasbourg, un volontarisme encore en mal de moyens
- "Bon" ou "mauvais" migrant
- Savoir si l’accueil et l’hospitalité sont un délit
- L’humanité de demain se construit sur l’accueil d’aujourd’hui !

Nous avons 70 ans !
- Le Personnalisme communautaire, une référence patiemment cultivée
- La vie communautaire depuis 1947
- La péréquation : transformation réussie
- De la condition féminine à la question du genre…
- LVN Rennes engagé au long court auprès des migrants

découverte
- Die, j’y retournerai !
- lire les Ecritures, impressions du Maroc

échange
- "Prendre l’Europe en main"

bioéthique
- Quatre propositions pour la fin de vie
- Peut-on tuer celui qui va mourir ?

vie du mouvement
- L’odyssée de l’empathie
- Hommage

retour à la liste des articles format imprimable

- Plan du site - Mentions légales - Contacts - mise à jour : 12 juillet 2018
Soutenir par un don