....................................................................

Sur le même thème

- Démocratie -

Intervention de Joe Spiegel

Maire de Kingersheim,
Le 10 juillet 2007.

Faire des lois pour changer la vie est une erreur. La seule voie est la démocratie participative

Enjeu ; la gouvernance : s’appuyer la délibération , la maturation, la participation dans des Conseils participatifs autour d’un projet. Amener les habitants à cheminer, à faire l’expérience d’un débat constructif , à avoir le courage de participer à un forum pour l’élaboration d’un compromis dans le sens de l’intérêt général.

Enjeux de la démocratie locale :

- comment refonder de la responsabilité individuelle pour enrichir la solidarité collective ?
- La démocratie, ce n’est pas un bulletin de vote , c’est un engagement quotidien
- Il s’agit de sortir de la relation électeur- consommateur / élu - magicien
La politique n’est pas tout. Le politique est en tout.
- L’objectifs des Etats généraux de la démocratie : améliorer le pratique démocratique pour mieux vivre ensemble. Améliorer l’information, l’écoute, le dialogue, — la concertation. Porter un regard nouveau sur ce qui réunit l’espace public, le bien commun, l’intérêt général.

Joe Spiegel se présente :

Il fait partie de Démocratie et Spiritualité, est particulièrement sensible au sens de l’engagement. Pour lui , engagement = service de l’intérêt général .
Il va briguer en 2008 son quatrième (4e) mandat de maire de Kingersheim, ; il s’agit de convaincre des gens sur le terrain qui sachent travailler en équipe.
Père gaulliste, cheminot , mère démocrate chrétienne, louveteau, scout, enfant de chœur.
Scolarité chez les Salésiens (Don Bosco)
Etudes d’ EPS, formation à la pédagogie du projet qui donne du sens .
A réussir les IPES.
Il enseigne encore quelques heures au LP de Kingersheim
Deux enfants de 29 et 30 ans qui travaillent dans la culture .
Heureux en famille
Lectures : P . Viveret, H. Arendt, E. Mounier , Jean-Baptiste de Foucauld
Convictions : en a marre du chacun pour soi, de l’individualisme universel. Il faut sortir de l’impasse , de la crise du politique et de l’individualisme.

Depuis 1976 au PS. Pour se coltiner avec le réel. Se présente à la mairie de Kingersheim (échec), se présente aux Régionales en 198 ?, est élu conseiller régional, puis aux cantonales en 1988, et aux municipales , est élu maire en 1989 sur l’idée « Bougeons notre ville », réélu en 1995, en 2001.Depuis les dernières élections sénatoriales où Bockel est devenu sénateur, J. Spiegel est Président de la Communauté d’Agglomération Mulhouse Sud Alsace (la CAMSA).
Une équipe municipale recrutée sur le critère de compétence, composée de plus de femmes que d ‘hommes, de progressistes et de conservateurs au-delà des clivages politiques .Gros travail de réflexion sur le travailler ensemble.
Travail avec de nombreux collaborateurs (175 actuellement.) choisis pour leur sens du service public.
Travail entre élus et collaborateurs (qui décide quoi ? qui fait quoi ?)
Comment enrichir l’expertise publique de l’expertise d’usage ?
Une écoute individuelle et collective pour satisfaire les usagers.

La commune a rattrapé son retard sur les autres communes . Des réalisations emblématiques :
- le Village des enfants : écoles et activités scolaires et périscolaires
- CREA (Centre ‘ Rencontre, Echange , Animation) (mieux qu’une MJC !)
- Aménagement des faubourgs : pistes cyclables , rues apaisées ;
- Depuis 2004 requalification du quartier des Manouches et réintégration des Manouches . Le dossier le plus difficile , le plus passionnant. Des Manouches là depuis 1930 , ignorés par les autres habitants, dans des caravanes . [1]
En avril 2004 sortie du journal de Kingersheim , roman-photo avec le questionnaire de la téléconsultation ultérieure ( par téléphone) - en juin 2004 restitution devant 160 personnes, identification des pistes nouvelles, débat en Conseil municipal et mise en place des actions mesurées en 2006 [2]

Une déception :

le travail de terrain n ‘a pas encore produit ses effets . Il faut agir en amont plutôt que colmater des brèches , d’où la Création du conseil des enfants (éducation à la citoyenneté, à la mémoire , à l’histoire...)

Des projets :

un tri sélectif d’avant garde
un plan Climat territorial pour rentrer dans la civilisation de l’après- pétrole

L’Intercommunalité

La coopération intercommunale est essentielle. Le SIVOM s’est transformé en 2004 en communauté d’agglomération.
La communauté d’agglomération comprend Mulhouse et 5 communes d’environ 20 000 habitants. Organisation en pétales.
Si les trois communautés de communes autour de Mulhouse étaient intégrées, il y aurait une marge de manœuvre supplémentaire de 50Millions/an. Mais comment le faire comprendre sans faire de la politique politicienne ?
Objectif : des moyens pour des services nouveaux , une meilleure organisation territoriale au service de l’intérêt général.. pour cela poser les bonnes questions, laisser le temps au temps (nécessité de la maturation ).
Pour adhésion à la communauté d’agglomération : réflexion , travail juridique, financier, élaboration de différents scénarii, information aux habitants, vote de principe au Conseil municipal en juin 2003 et décision en 2004 avec charte de gouvernance .

Communauté d’agglomération Sud Alsace (CAMSA) [3]
Tout est mutualisé. Stratégie sous-jacente : le développement durable à travers le plan Climat [4]Optimisation des deniers publics (pas de doublons, définitions des responsabilités communales et agglomération ) . Créer des postes pour substituer les prestataires privés . Améliorer les services publics ( tri des déchets , périscolaire)
La complexité est difficile à communiquer aux habitants.

Le destin de Kingersheim ( 12 000 habitants ) est lié à la reconversion des bassins potassiques. Problème difficile, Les gens ont des droits , pas de devoirs.
Reconversion : quels emplois ? Quelques emplois industriels dans des entreprise allemandes et japonaises 6 reconversion sociale pour les mineurs - emplois tertiaires, commerciaux + TIC sur Mulhouse.
Mulhouse , ville cosmopolite , qui s’appauvrit.
Chômage : 12 % à Mulhouse, 5 % dans le bassin potassique ..
Rapports avec Bâle inexistants ou condescendants, malgré une demi-douzaine d’organisations frontalières.

Les Modalités de la Démocratie

Informer de façon à éviter les malentendus, donner le temps de la compréhension des mots , du sujet pour que les habitants entrent dans le sujet.

La démocratie est un défi.
- 1.A la base l’information (ordre de l’éthique) pour rentrer dans la complexité = exigence réciproque-se donner de temps pour que l’on comprenne les mêmes mots.
- 2.Puis écouter, se mettre à l’écoute( difficile pour un élu qui a quelques longueurs d’avance)
- 3.Réinventer l’agora , le dialogue . Développer le nombre de personnes, qui viennnert au Conseil de projet (à Kingersheim environ 300/12 000), et éviter qu’il n’y ait que des techniciens.
- 4. Rendre le citoyen actif par une démarche de plain pied entre élus, collaborateurs ,partenaires (experts techniques ) et citoyens ( expertise d’usage.. Pas de discussion d’étage à étage.
Formation des élus de Kingersheim par l’ADELS (Association pour la Démocratie et l’Education Locale et Sociale) ; Difficulté avec les é lus des autres communes non formés.
Agir juste et parler vrai.

Au niveau de la région il faut hiérarchiser la concertation ou plutôt structurer (subsidiarité ?)

Le Forum pose le problème( autant d’habitants que d’élus et de collaborateurs ) Nécessité d’une implication personnelle . Car il n’y a pas de transformation sociale sans implication etr transformation personnelle, ce qui est une chance de grandissement, Ce qui implique aussi un travail de longue haleine.

La démocratie = faire participer à l’expérience du bien commun .
Exigence énorme, mutation de mentalités = sortir de la logique individuelle/individualiste, sortir de la posture du tout ou rein.
La vraie radicalité, c’est organiser le côte à côte.
Le maire est un animateur.
Il faut changer les pratiques agir en profondeur.

Cf. Jean-Baptiste de Foucauld : Les trois cultures du développement humain - Odile Jacob 2002 - la culture de l’utopie (l’humanité en marche), la culture de la résistance (indignation), la culture de la régulation.

Les citoyens ont une expertise d’usage
Mais faire appel aux citoyens volontaires n’est pas sans risques non plus. Comment arriver à la diversité requise, comment éviter que ce soit toujours les mêmes ou une élite socioculturelle.
Recommandation : dans les Conseils participatifs veiller à la répartition élus/collaborateurs techniques et habitants.

D’autres possibilités de participation :

Les référendums suisses : pas de construction d’une démocratie participative , démocratie directe
Les jurys citoyens avec tirage au sort des participants (par quels moyens ? sur quel nombre ... ?). Avec indemnisation des citoyens ( la démocratie a un coût). Essai en 2006 : la difficulté a été de trouver suffisamment de candidats . Pour avoir 20 participants il faut en solliciter 100.
Sorties du maire dans les quartiers ( 4 fois/an) pour contact direct avec les électeurs , pour recueillir les doléances , mais surtout pour expliquer les objectifs et appeler à la participation.

Exemple 1 : l’espace de jeux de BramontObjectif : refaire l’espace de jeux
Pétition du premier rideau, silence satisfait du troisième rideau
Réunion publique ; le maire dit les termes de la démarche à faire ensemble : le jeu est fondamental pour l’évolution des enfants , donc l’aire est indispensable . Tout le reste est négociable.. Première condition de la démocratie : préciser le périmètre de la démocratie.

Exemple 2 : les logements sociaux
Pétition contre
Rappel de la loi, information sur la construction de logements sociaux
Groupe de terrain qui travaille sur la représentation du logement social.
Pas de clientélisme dans l’attribution des logements sociaux.

Pour préparer l’avenir , former les jeunes , les enfants
Fond d’initiative locale (lutte contre les incivilités) , très soutenu par les infrastructures et les subventions municipales = coût pour la municipalité.
Pas de MJC ni de centres sociaux , mais un CREA (Centre de Rencontre, Echange et Animation ), avec trois missions : culturelle, loisirs et sociale avec animateurs et médiateurs qui accompagnent les jeunes et travaillent sur des projets
Et un Village des jeunes avec une nouvelle salle de sport, de multiples activités, des possibilités de rencontres entre jeunes des différents milieux
Travail avec la minorité du quartier de arabes sur un lieu de prière La municipalité finace l’assainissement eau / égouts de deux préfabriqués ) . Les jeunes de moins de 20 ans ont constitué un groupe partenaire des la municipalité.

Maison de la citoyenneté : un lieu emblématique pour la consultation , le dialogue , la participation
Un lieu pour apprendre à mieux vivre ensemble .
Le lieu est issu de l’histoire locale : réhabilitation de la plus ancienne ferme de Kingersheim, vouée à la démolition .La µSociété d’histoire s’était mobilisée pour en éviter la destruction. La ferme a été déconstruite et reconstruite . Elle comporte une salle de convivialité , des salles de réunions pour les commissions , plus un espace moderne (l’agora), en demi-cercle (espace
Jean Jaurès, parvis Jean Moulin ) . Pour la construction de la démocratie , cette maison est ouverte aux commissions , associations, au Comité d’agglomération , aux Conseils participatifs, au conseil Municipal. C’est un lieu de délibération, et de décision pour les élus . T l’opposition dispose d’une salle au site B .
Toute association peut disposer d’une salle.

Les Etats généraux de la démocratie

(après maturation )
Ils ont eu lieu en 1998 à mi-chemin entre deux élections municipales .
D’abord rencontre de tous les habitants de mai à novembre ( porte à porte ) : concept de proximité à développer sans clientélisme et avec une vision d’ensemble.. Le maire qui se déplace prend note de tous les problèmes, mais exige de se rapprocher du bien commun, distribue un questionnaire pour permettre la réflexion sur l’avenir de la commune (42 ù de réponses ! )(NB ? Il faut veiller au décalage entre le ressenti et le bien collectif). Ce qui est intéressant ce n ‘est pas de faire ce que les habitants veulent , c’est de faire avec eux une mise au point (question du bien collectif).
Réflexions : comment construire la fraternité ? La démocratie est permanente ou ele n’est pas.
Les Etats généraux de la démocratie sont devenus permanents.

Le frein majeur : les présidents d’associations
Le monde associatif n’est pas démocratique.
A Kingersheim , il y a un Conseil de la vie associative.
La règle c’est de donner les moyens de l’autonomie et de l’indépendance ( locaux , subventions sur la base de projets ( ils sont les acteurs de l’attributions des subventions )
De fait on (qui ?) est en train de créer une professionnalisation des associations .

Et l’opposition ?
Dans la commune 26 élus majoritaires , 5 UMP, 1 FN.
A respecter, ne pas tenter de la phagocyter , ce qui serait refuser les contre-pouvoir. Les opposants n’ont pas fait une proposition qui n’ait pas été intégrée dans les projets , ils sont associés partout et ont toujours la possibilités de faire des propositions, mais faiblesse de leurs propositions .

Actuellement des objectifs
- une plus grande représentativité des Conseils participatifs
- un diagnostic en marchant dans les quartiers ( mais attention au droit électoral avant les municipales)
réaliser le plan Climat , c.a.d. aider les habitants pour une efficience énergétique
- créer des jurys de citoyens
- créer un service civique volontaire pour les jeunes (cf. RECIT) avec un salaire attribué à une association humanitaire.

[1Requalification du site des Manouches habitant des caravanes près d’une décharge.Il s’est agi de nettoyer, réhabiliter, de proposer aux Manouches de quitter leurs caravanes de construire des maisons correspondant aux habitudes et aux besoins des Manouches en échange d’un contrat : envoyer les enfants à l’école, respecter la loi, travailler . Chaque famille a signé un contrat individuel.
Le problème a été la peur du changement.
Les grands moments : affréter un bus pour visiter les autres sites de Manouches sédentarisés , faire la fête avant le déménagement.
Deux moments durs : des incivilités , et avant la remise des clefs le recul, le dernières peurs (« ils ne vont pas y aller « ) :
La municipalité s ‘est appuyée sur des associations, pas sur les travailleurs sociaux.
Quant à l’accueil des nomades sur la CAMSA . Selon la loi il y a des terrains prévus (trois aires nouvelles. Problème récurrent des Roms ( qui squattent sans vergogne , influence de mafieux )

[2Relations mairie - habitants , consultations
alerte téléphonique
5% de SMS (ou 50 % ?)
sur site Internet
RV à la mairie (450 /an )
Accueil en Mairie
Allo technique
Au service ville-usagers un jeune sur emploi jeunes devenu directeur des c services techniques
Accueil nouveaux arrivants
Boîte à idées (échec)
référendum local - pas fait
dialogues dans réunions de quartiers organisées systématiquement
Information
Par journal de Kingersheim tous les 2 mois : magazine sans publicité
350 lettres d’info ciblées dans les quartiers
panneaux d’information
espace multimédia
Journées Portes ouvertes

[3La Communauté d’Agglomération
L’intercommunalité : pas de délégation démocratique à ce niveau. Solution : des listes fléchées aux élections municipales qui indiquent qui sera appellé à siéger au niveau intercommunal- pour assurer la légitimité de l’élu à siéger dans l’instance intercommunale.
Pour que l’intercommunalité fonctionne :
il faut faire ensemble ce qu’on ne peut pas faire seul.
Il faut éviter mes disparités et pratiquer la solidarité par péréquation fiscale
Donc lisibilité, solidarité, subsidiarité
La CAMSA a fait le choix des services publics, a défini l’intérêt communautaire : périscolaire, piscine(s)
On ne peut pas faire de développement durable dans une seule commune . Cela justifie une politique intégrée dans l’intercommunalité. Cela inclue la question sociale et l’emploi.

[4Le plan Climat ( cf. Grenoble, Paris)
Premier objectif : celui de Kyoto , diviser par quatre l émission de gaz à effet de serre . Politique sur le long terme.
- première étape : la sensibilisation par le film d’Al Gore , et mise en débat
- travail d’une équipe d’élus avec tous les services techniques (9 mois)
- lancement du conseil participatif du plan territorial ( depuis novembre 2006 : élus , comité de pilotage technique, EDF, GDF et 43 habitants volontaires.
- Document de travail terminé fin juin et envoyé à tous les élus
- Le 12/07/2007, la Communauté d’agglomération prend la décision de participer au plan de Kyoto avec des axes développées par les habitants eux-mêmes
- Plan d’action avec fiches thématiques et lien avec le déclic économique ( par ex. l’isolation des bâtiments.
- Inscription dans le contrat Etat - Région
Le conflit entre la justice sociale et la question environnementale implique une pédagogie pour entrer sereinement dans l’après pétrole, pour demander aux habitants de changer de comportements.
Il faut aussi que la commune soit exemplaire( d’où expertise des bâtiments publics ,en vue d’une réhabilitation, la nécessité d’afficher une volonté et de voter un budget en conséquence.
Ce qui permet d’entraîner les habitants.
NB. Depuis 20 ans Mulhouse a souscrit à l’Agenda 21 avec une politique de l’eau remarquable, le CINE - Contrat d’Initiative nature et Environnement.- le Tram-rain et l’ALME - Agence locale de la Maîtrise de l’environnement.

retour à la liste des articles format imprimable

- Plan du site - Mentions légales - Contacts - mise à jour : 13 octobre 2017
Soutenir par un don