....................................................................

Sur le même thème

- Solidarité -
Première session nationale des États Généraux des Migrations

L’humanité de demain se construit sur l’accueil d’aujourd’hui !

Par Claire Lafore, Marie-Claude Lahore, Claude Avisse de l’Atelier fédéral Pour un avenir solidaire

En juin 2017, après les élections présidentielles, 470 associations (dont LVN - personnalistes et citoyens) et collectifs appelaient à organiser une conférence nationale sur la politique migratoire de la France. Suite au refus de dialogue avec les instances gouvernementales, elles ont décidé l’organisation d’États Généraux des migrations (EGM) avec un double objectif : montrer l’importance, dans la société civile, de la solidarité avec les migrants, et mettre en commun les expériences et des expertises pour créer de l’intelligence commune et démontrer qu’une autre politique est possible.

Le travail des assemblées EGM locales
Depuis février 2018, dans 76 départements, des assemblées locales EGM se sont constituées à l’instigation d’associations ou de collectifs pour aborder les différents problèmes liés à la migration et les solutions qui ont été apportées dans leur secteur ou qui sont à envisager. Elles ont consigné tout cela dans un document de synthèse qui a été envoyé à la coordination nationale. Celle-ci a reçu 86 cahiers de doléances tous structurés de la même façon :

  • état des lieux / la problématique générale selon les sujets
  • dénonciation de l’inacceptable
  • actions associatives (déjà mises en œuvre ou à entreprendre)
  • élaboration d’un contre discours.
    Ces cahiers ont été analysés pour en tirer les lignes majeures. Tout ce travail a servi de trame à la rencontre nationale des 26 et 27 mai à Montreuil, qui a réuni plus de 400 personnes, dont cinq de LVN.

La rencontre nationale
Elle était bâtie autour de quatre séquences :

Dénoncer l’inacceptable
et y résister
A partir des cahiers de doléances sept points ont été retenus : l’hébergement indigne en plus des foules de personnes à la rue, la loi Dublin et les dégâts humains qu’elle provoque, l’abandon ou la maltraitance des mineurs isolés étrangers, la non application des règlements par les services de l’État que ce soit avec la Préfecture ou avec le Conseil départemental dans le cadre de l’ASE (aide sociale à l’enfance), la privation des droits, la régularisation problématique à l’âge de la majorité, le délit de solidarité qui pénalise ceux qui luttent contre ces maltraitances et dont le travail devrait au contraire être valorisé et reconnu.

Alliances en cours
La coordination nationale est en contact avec la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la Grèce. Seuls ces 2 derniers pays étaient représentés.
Un travail conséquent se fait avec l’Italie, en particulier avec le passage de la frontière du côté de Briançon. On compte déjà trois morts du côté français et la police française est intervenue à la gare de Bardonecchia de façon illégale.

Le socle commun
A partir du travail des EGM locaux, un socle commun pour une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité des personnes a fait l’objet d’une discussion de quatre heures.
Ce socle, précédé d’un préambule dénonçant l’inacceptable, comprend six grands chapitres.

1. Un accueil digne des nouveaux arrivants.
2. Un respect du droit d’asile effectif, qui ne soit plus prétexte à une logique de tri.
3. Vers une égalité des droits entre Français-e-s et étranger-e-s présent-e-s sur le territoire.
4. Une reconnaissance des initiatives citoyennes dans l’accueil et le soutien aux personnes étrangères.
5. Modification des règles concernant l’accès au territoire français et la politique européenne et internationale.
6. Conditions de réalisations et de mise en œuvre d’une telle politique alternative.

Ce socle commun avec ses 36 alinéas répartis dans ses six chapitres a été discuté et mis au vote par l’assemblée de 400 personnes (bel exercice de démocratie participative réalisée en deux fois deux heures… la nuit portant conseil entre ces deux moments).

Les ateliers pour construire en commun
Ces journées se sont terminées par neuf ateliers en prolongement avec le socle commun.

Sous le chapeau Nouvelles alliances :
1. Quelles relations avec les élus ?
2. Vers un mouvement d’opinion européen
3. S’appuyer sur le monde de la recherche.

Sous le chapeau Organisation  :
4. La composition et les rôles du groupe facilitation, des groupes de travail, et la relation avec les assemblées locales.

Sous le chapeau Convergences :
5. Du socle commun vers une politique alternative
6. Poursuivre la valorisation des consultations

Sous le chapeau Mobilisation  :
7. Quels rôles et quelles actions pour les assemblées locales ?
8. Quelles mobilisations collectives pour les EGM ?
9. La place des personnes étrangères dans la dynamique des EGM.

Cette rencontre fut très riche, nourrie d’échanges bienveillants, même si parfois il fallait calmer des tempéraments fougueux. Elle a fait apparaître la forte mobilisation présente dans toute la France et aussi en Europe en faveur des migrants. L’information n’est pas toujours au rendez-vous et l’on peut regretter la faible place donnée par les médias à cette thématique.

Après six mois de mobilisation, une assemblée représentant un millier d’associations s’est mise d’accord sur un texte proposant une autre politique migratoire.
Chaque association doit maintenant :
s’approprier ce socle commun
le diffuser et l’expliquer auprès des adhérents
l’utiliser lors de rencontres avec les représentants de la société civile.

Il nous faut déconstruire le langage officiel qui engendre la peur : il n’y a pas une crise migratoire mais une crise de la politique migratoire.

A l’issue des EGM certains sont allés à République rejoindre la manifestation de soutien à trois solidaires briançonnais, dont le procès a été renvoyé au 31 mai.

A noter : l’annonce d’une mobilisation conjointe entre Italiens et Français les 16-17 juin : deux manifestations en miroir, l’une partant du côté italien, l’autre de Briançon pour se retrouver au col de Montgenèvre pour protester contre la militarisation de la frontière, la brutalité policière vis-à-vis des Migrants et les poursuites judiciaires contre les citoyens solidaires.

https://eg-migrations.org/

retour à la liste des articles format imprimable

Soutenir par un don