....................................................................

70 ans d’engagements, les invités...

Christophe Deltombe a prêté serment d’avocat en 1972 et a monté mon cabinet avec Nicole Mulot, ancienne de LVN également (groupe 15è Est). Dominantes en droit du travail et droit pénal.
Il est parti en coopération au Burkina Faso (anciennement Haute Volta) en 1974.
Il a participé à la création et l’animation de la boutique de droit du 19è arrt. de 1975 à 1980 (belle expérience).
Entré à la Vie Nouvelle en 1975, il en a été le président de 1983 à 1987.
Il a participé pour le compte de La Vie Nouvelle à un livre collectif avec Philippe Warnier, ancien animateur national de LVN, Lutter autrement, pour une action non violente responsable et efficace (1989).
En 1989, il a créé avec plusieurs anciens de LVN et avec l’accord du mouvement, le Club Citoyens dont il est le président (une centaine de membres).
Avocat de plusieurs structures du mouvement Emmaüs, il a été président d’Emmaüs France de 2007 à 2013. Durant son mandat le parlement a voté la création des Organismes d’Accueil Communautaire et d’Activités Solidaires (OACAS) qui sécurisent les communautés Emmaüs. (voir son petit livre sur ces nouvelles structures juridiques : un job pour tous (éditions Autrement 2014).
Il a également participé au livre collectif Nous pouvons vraiment vivre ensemble (avec les présidents de la CIMADE, du CCFD, d’ATD ¼ monde, du Secours Catholique (éditions de l’atelier 2012).

Hubert Hausemer a été professeur de philosophie. Au Luxembourg, il a été vice-président du synode diocésain, membre de la Commission Nationale d’Ethique et président de la commission diocésaine ’Justice et paix’. Son centre d’intérêt en matière de philosophie ont été et sont toujours des problèmes éthiques et socio-culturels comme p.ex. l’avortement, l’euthanasie, la crise du sens et de la religion, et plus récemment l’éthique des animaux. Il a donné des cours d’éthique palliative dans divers organismes (Croix-Rouge, Caritas, soins à domicile, maisons de soin etc.). Il continue à donner des cours de philosophie dans le cadre d’une université du 3° âge. Il a collaboré à la FIACAT et à l’ACAT française sur la question de la torture. Enfin, il écrit régulièrement dans des revues et des quotidiens luxembourgeois sur des questions d’actualité, et cela dans les trois langues de son pays.
Il a été l’un des rédacteurs de différents documents publiés par La Vie Nouvelle : Le personnalisme, un chantier ouvert (1981) et La personne aujourd’hui (1987).

Habib Kazdaghli est chercheur et enseignant en histoire, spécialiste des minorités au Maghreb. Toute sa carrière s’est déroulée en Tunisie, et jusqu’à l’année dernière, il a été doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de la Manouba, à Tunis. C’est dans cette fonction qu’il a dû faire front, fin 2011, à un coup de force d’étudiants salafistes qui ont voulu imposer la sharia à la faculté. Habib Kazdaghli, assumant avec un courage sans faille son rôle de doyen et d’enseignant, a défendu coûte que coûte, et payé au prix fort, les libertés universitaires et une laïcité ouverte. Son combat a été soutenu par ses pairs mais aussi par de nombreux représentants de la communauté internationale, lors du procès retentissant qu’il a finalement gagné. Il nous en parlera.
Esprit ouvert, il est convaincu de la nécessité des échanges avec les sociétés civiles tunisiennes et d’ailleurs. C’est ainsi qu’un partenariat très fructueux s’est noué avec La vie nouvelle depuis 2015, permettant la participation de vie nouvelliens à une rencontre sur la citoyenneté locale à Tunis et la participation d’étudiants tunisiens au forum mondial de la démocratie ainsi qu’à une session sur la lecture croisée des écritures à Lyon.

Jacqueline Louiche a été l’une des trois femmes présidentes de La Vie Nouvelle, qui plus est, elle a assumé cette responsabilité durant deux mandats (2005-2011). Elle y a donné une forte impulsion en initiant l’audit « Nexus » du Mouvement. Enseignante en sciences, elle a mené sa carrière dans l’enseignement agricole, et après un passage au Ministère de l’Agriculture, elle est revenue au milieu enseignant comme proviseure du lycée agricole d’Epstein, accompagnant ses activités professionnelles d’actions militantes pour soutenir et faire comprendre les évolutions rapides du milieu agricole. Elle a été l’instigatrice du partenariat entre La vie nouvelle et le Pacte civique, dont elle a, dès l’origine, soutenu le développement. C’est de cette expérience en particulier qu’elle nous parlera.

Avec Alain Manach’, on n’est pas dans le militantisme tranquille. Il faut dire que lui et sa famille habitent depuis 35 ans la Villeneuve de Grenoble et qu’il n’a esquivé aucune des difficultés de ce quartier : ses 4 enfants au collège local, des « gaulois ». Puis, en 2010, suite à l’assassinat par la police d’un jeune braqueur au pied de son immeuble, des jeunes se révoltent et embrasent le quartier. S’en suit une importante répression policière ainsi qu’une stigmatisation du quartier dans les discours politiques et médiatiques, notamment le discours de Grenoble de N. Sarkozy. Au lendemain de ce triste été 2010, il s’engage, avec des habitants et associations du quartier qui décident de constituer l’association Villeneuve Debout, dont il est président. Alain est un militant généreux, critiqué violemment par la droite locale.
Mais ce qui le marque le plus, c’est l’engagement dans l’action culturelle. Alain Manac’h dit : « c’est mon combat ». Après de longues années à Culture et liberté, il s’est formé à Sciences po. Trop diplômé, il reste au chômage. C’est alors qu’il entre sur un poste d’animateur national à La Vie Nouvelle. Les valeurs que véhicule le mouvement lui conviennent parfaitement, mais dès qu’on l’informe que les Foyers Ruraux cherchent un permanent pour le secteur action culturelle. Comme il dit : « C’est mon truc, j’y vais… » .
Aujourd’hui, Alain Manac’h se décrit comme un simple habitant du quartier de la Villeneuve de Grenoble, président d’une association d’éducation populaire.

Héraultais de naissance, fils de vigneron, Bernard Morin a travaillé 39 ans au Conseil Général du départemental de l’Hérault dans le développement culturel puis dans le développement rural. Ce qui l’a amené à être au plus près des élus, des associations et des citoyens et l’a conduit à ses engagements associatifs :
- la participation au lancement des Oenorandos qui trace des sentiers avec les vignerons pour faire découvrir les vignobles du département.
- Président de l’association du Pacte civique de l’Hérault, qui comprend 3 groupes : l’un à Béziers qui travaille dans le domaine de la démocratie participative avec les jeunes, le second dans le cœur de l’Hérault qui participe à l’accueil d’un groupe de migrants (avec d’autres associations, Welcome, la Cimade). Et le troisième à Montpellier qui travaille sur le climat et ses enjeux.
Et Bernard anime un conseil citoyen créé sur le canton de Montpellier 2 à la demande de deux élus pour analyser la représentativité citoyenne.

Jean Pierre Sueur, vous êtes connu à la fois comme homme politique et linguiste. Jeune, vous avez fait partie de la section du PSU des étudiants des écoles normales supérieures, puis vous êtes devenu membre du Parti socialiste : 10 ans député du Loiret, 12 ans maire d’Orléans, (vous n’avez cumulé ces deux tâches qu’un an). Vous avez été secrétaire d’état chargé des collectivités territoriales. Depuis 2001, vous êtes sénateur, actuellement vice-président de la commission des lois. Proche de Mendès France, de Michel Rocard, (vous étiez présent aux 2 journées consacrées par la Fédération Jean Jaurès au trentième anniversaire de la nomination de Michel Rocard comme premier ministre), vous êtes adepte du « parler vrai ».
Dans la revue du Mouvement des cadres Chrétiens (MCC), vous écriviez en 2012 : s’engager, c’est un mot peut-être daté mais qui a beaucoup de sens. Dites-nous quel sens vous donnez aujourd’hui à ce mot : « s’engager ».

retour à la liste des articles format imprimable

- Plan du site - Mentions légales - protection des données - Contacts - mise à jour : 11 septembre 2018
Soutenir par un don