....................................................................

Les impensés de la colonisation dans la société française

Yves Le Bars, Groupe LVN de la Vallée de la Bièvre

Annexe de l’article

Quelques lectures, permettent de mettre un peu d’ordre dans ces faits disparates :

• Bien sûr Magyd CHERFI Ma part de Gaulois, formidable témoignage sur les ressorts et les frustrations de la vie de quartier d’immigration.
• F. MASPERO (L’honneur de Saint-Arnaud sur la guerre de conquête de l’Algérie).
• Des romans : Kamel DAOUD Meursault contre-enquête pour donner un nom à l’Arabe assassiné du roman L’Étranger de Camus : le système colonial crée une hiérarchie entre les hommes, avec une paroi très étanche entre les citoyens colonisateurs et les indigènes, ressortissants français sans citoyenneté. Et Hédi KADDOUR : Les prépondérants, qui fait découvrir au héros marocain son sous-classement par rapport aux Européens avec lesquels il vit et qu’il aime…
• Et beaucoup Benjamin STORA (Les mémoires dangereuses, suivi de transfert d’une mémoire, avec Alexis JENNI). Je cite ce dernier : « Cet imaginaire colonial nous le partageons tous » et « Cette histoire du Sud n’est pas vraiment intégrée à l’histoire intérieure française ». B. Stora : « Il y a un travail de fond à mener pour que les Français s’ouvrent au monde ».
• Eric SAVARESE : " Les immigrés, qui sont susceptibles d’être perçus comme d’anciens indigènes qui survivent à la décolonisation par l’immigration » : ils perpétuent les attitudes de la colonisation…
• Slimane ZEGUIDOUR : Sors, la route t’attend, ouvrage montrant comment, en 1957, venant d’un village kabyle, il découvre des Français et l’école dans un camp de regroupement.
• Achille MBEMBE (cf. un remarquable entretien publié récemment dans Libération) et aussi Pascal BLANCHARD (« Il faut décoloniser les imaginaires. Et comment les conquêtes coloniales sont-elles peu à peu devenues le ciment de la société française », 3 juillet 2017), Marc FERRO : La Colonisation expliquée à tous, Seuil 2016.
• Et dans Notre campagne à Madagascar, Tolra Editeur Paris 1902, la préface écrite en octobre 1895 : « Courage donc et honneur à ces vaillants chrétiens qui vont sur toutes les terres du globe compléter l’œuvre de nos soldats, en moralisant les peuples après qu’ils ont été conquis par l’épée, dans l’intérêt de la civilisation et du progrès industriel » !

retour à la liste des articles format imprimable

Soutenir par un don