....................................................................

La météo politique, nov. 2017

Réagissons !

Au cours de la météo politique du 18 novembre 2017, c’est un sentiment de sinistrose qui survient de prime abord. La confiance n’est plus là, les repères ont disparu.

Le Président Macron a épuisé une partie de sa crédibilité. Le gouvernement pratique une politique libérale de droite : les riches s’enrichissent, la pauvreté augmente. Les syndicats sont divisés et faibles. Les partis traditionnels de gauche comme de droite ont du mal à trouver leur place. Les futurs congrès y arriveront-ils ? La gauche en particulier est très divisée ; elle peine à se reconstruire.

La bulle Mélenchon se dégonfle. La bulle Macron aussi. Il y a des divisions au sein d’En Marche. Des adhérents partent, cela porte un coup à la dynamique. En Marche est entrain de créer un parti traditionnel, autoritaire, ce qui n’améliore pas l’image du Président.

Rajoutons, que pour l’Europe, le Brexit, les aspirations de la Catalogne à l’indépendance et, maintenant l’impasse dans laquelle se trouve l’Allemagne n’éclaircissent pas le tableau.

Il est donc difficile d’y voir clair sur le devenir politique. Mais n’est-ce pas à la société civile de réagir ? Les lanceurs d’alerte, le collectif international de journalistes qui a dénoncé les Paradise Papers, les femmes qui s’insurgent contre les violences qui leur sont faites… sont bien la manifestation d’une société réactive.

On trouve une même volonté d’expression dans le Pacte civique, auquel adhère La Vie Nouvelle. En lançant sa phase 3 le 20 janvier prochain, il réaffirme sa volonté d’ « inventer un futur désirable pour tous ». Il se dit être « une communauté d’influence trans-politique et trans-religieux » pour défendre les valeurs de créativité, sobriété, justice et fraternité. Il contient en son sein un « Observatoire citoyen de la qualité démocratique ».

Même s’il partage les valeurs défendues par le Pacte civique et utilise ses analyses sur la politique du gouvernement [sur les contrats aidés (en septembre), les ordonnances (en octobre), la loi de finances (en novembre)], l’atelier politique fédéral de LVN ne peut se satisfaire d’être une « communauté d’influence trans-politique ». Est-ce ainsi que l’on peut analyser les enjeux et les décisions politiques ? C’est pourquoi, à une époque de brouillage entre gauche et droite, en raison du manque de réflexion dans les partis et de la stratégie de Macron, l’atelier fédéral politique cherche à analyser ce qui permet de distinguer les choix politiques des uns et des autres. Quelle est la boussole qui va donner un sens à notre société désorientée ? Nous proposons de prendre la façon dont les politiques luttent contre les inégalités.

C’est pourquoi nous avons entamé une analyse des inégalités et des moyens de lutter contre elles en abordant les thèmes suivants :
Les inégalités de revenus
Les inégalités fiscales
Les inégalités d’accès à l’emploi
Les inégalités dans l’éducation
Les inégalités dans le logement
Les inégalités dans la santé
Les inégalités environnementales
Les inégalités territoriales.
Bien sûr, nous explorerons, de manière transversale, les inégalités homme / femme.

Les groupes de LVN qui auraient des réflexions et des actions dans ces différents domaines sont invités à les transmettre à l’atelier fédéral politique.

Bibliographie :
- Lucas Chancel, Insoutenables inégalités ; Les liens qui libèrent
- François Dubet, Qu’est-ce qu’une école juste ? La République des idées
- François Dubet, La préférence pour l’inégalité - Comprendre la crise des solidarités, Seuil
- Camille Peugny, Le destin au berceau - Inégalités et reproduction sociale, La république des idées, 2013
- Rapport sur les inégalités en France, Édition 2017, Observatoire des inégalités

retour à la liste des articles format imprimable Commenter cet article

1 Message

  • La météo politique, nov. 2017 8 décembre 17:56, par Michèle Le Bars

    Bonjour à tous
    Je ne partage pas votre sinistrose sans nuances. L’atelier politique de notre groupe vallée de la Bièvre, a préféré chercher ce qui se passe bien en France actuellement (Europe, politique étrangère, confiance eh oui !) et ce qui , à nos yeux ne va pas (étrangers, ISF). Je peux vous dire qu’"en marche" (je ne suis pas adhérente, mais je connais bien localement) n’est pas du tout un parti traditionnel, parce que...à mes yeux, ce n’est pas (encore ?) un parti.

    repondre message

- Plan du site - Mentions légales - Contacts - mise à jour : 12 décembre 2017
Soutenir par un don