....................................................................

Sur le même thème

- Agir -
- Citoyens/Citoyenneté -

Notre pays n’a pas besoin de miracle, il a besoin de nous !

Un groupe d’étudiants tunisiens, reçus et guidés par les membres du groupe local de LVN, a assisté au Forum mondial de la Démocratie qui s’est tenu du 7 au 9 novembre à Strasbourg.

Par Jacqueline Louiche, groupe local de Strasbourg et Gleya Maätallah, professeur de français à l’Université de la Manouba.

Démocratie et égalité : Que peut l’éducation ?
Tel était le thème du 5e Forum Mondial de la démocratie, organisé par le Conseil de l’Europe, en partenariat avec la Ville de Strasbourg, la Région Grand Est, le Gouvernement français et le Parlement européen.
Une délégation tunisienne formée d’étudiant-e-s universitaires et de leurs professeurs a participé à ce forum. Cette participation a été organisée par Souad Triki, professeur d’économie et M. Habib Kazdaghli, Doyen de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’Université de la Manouba.

Après la Révolution de 2011, cette faculté de la Manouba a créé en son sein une vingtaine de clubs, ateliers de réflexion citoyenne, groupes de discussions et associations. L’une de ces associations [1] inscrit ses activités dans une perspective d’échange et de solidarité entre les pays des deux rives [2]. Ainsi, la thématique de la cinquième édition du Forum correspondait-elle au projet pédagogique de l’université.
L’engagement du Doyen à prendre en charge une partie des frais du voyage a facilité la réalisation du projet. Le groupe LVN de Strasbourg, appuyé par LVN-fédéral, a contribué quant à lui en accueillant la délégation de dix personnes pendant une semaine : trois enseignantes universitaires et sept étudiants venus de Tunis et de Gafsa.
Le projet a bénéficié du parrainage et du soutien efficace de Jean-Pierre Sueur, Sénateur, Président du Groupe Interparlementaire France-Tunisie ainsi que celui de la Mairie de Strasbourg.

D’une façon générale, les jeunes ont apprécié l’accueil et la participation à un forum d’une telle envergure : la plupart voyageaient pour la première fois et ils étaient impressionnés par l’organisation, la richesse du programme proposé par le Forum mondial en In (l’officiel) et Off (événements sur le même thème se déroulant dans la ville).
Ils ont surtout apprécié les séances en ateliers (ou "labs") qui ont occupé la deuxième journée du Forum : dix-neuf ateliers thématiques, au sein desquels étaient présentées et discutées les initiatives dans plusieurs pays. "Education on wheels" (Inde) a été considérée comme l’une des plus efficaces expérimentations de l’éducation pour tous. "Si l’enfant pauvre ne peut venir à l’éducation, l’éducation doit aller à lui", tel en était le principe.
D’autres initiatives ont été vivement appréciées comme celle de l’éducation numérique pour la démocratie dans les quartiers défavorisés (Argentine) ou en milieu carcéral (Danemark et Groenland), l’usage du Whats App (Zimbabwe) ou encore celle d’une start-up allemande, engagée dans une expérience d’éducation pour les migrants.

Toutes les rencontres ont permis aux participants tunisiens de découvrir d’autres méthodes de travail pour l’éducation citoyenne, de partager les expériences, d’interagir et d’établir des contacts avec d’autres jeunes venus de plusieurs pays.

Au cours d’une soirée de bilan entre la délégation tunisienne et les accueillants strasbourgeois, les jeunes Tunisiens et leurs professeurs ont noté qu’avant de venir au Forum, ils étaient eux-mêmes engagés dans des activités associatives dans leur université (Manouba, Gafsa). La dynamique et la rigueur du Forum leur ont donné un nouvel élan ; ils se sentent prêts à s’engager davantage pour toucher un maximum de personnes (élèves, enfants en difficultés, personnes âgées, etc.)

Mmes Maâtallah et Tekaya, responsables du groupe, ont aussi souligné l’éducation à la démocratie comme l’un des soucis majeurs des Tunisiens après la Révolution de 2011, avec un besoin fort de soutien par d’autres organismes et associations en France et ailleurs. L’initiative de LVN est pour cela la bienvenue. Dans ce sens, un premier contact et des moments conviviaux partagés avec des représentants de l’AMSED (Association Migration Solidarité et Échanges pour le Développement), venus des pays du Maghreb (Tunisie, Algérie et Maroc) à l’initiative de la Mairie et d’une association strasbourgeoise, pourraient aboutir à de futures coopérations.

Tout le groupe souhaite, suite à cette expérience, renforcer les liens avec LVN en vue d’élaborer ensemble d’autres initiatives en Tunisie et en France. Pour tous, accueillis comme accueillants, ce séjour strasbourgeois et les journées du Forum ont été une très belle expérience.

Témoignage de Waed Mgadmi, étudiante en M2, université de Gafsa
Je voudrais exprimer ma reconnaissance aux organisateurs du Forum Mondial de la Démocratie, qui ont excellé par leur savoir-faire. Je remercie également les familles d’accueil pour leur disponibilité et leur hospitalité
D’une façon générale, les différentes activités du Forum (dans le IN et le OFF) ont montré que l’éducation n’est pas seulement un cours magistral qu’on reçoit à l’école, elle est aussi ce qu’on peut apprendre de la société civile par le travail des associations. Le Forum était dans ce sens une riche expérimentation internationale.
A la délégation tunisienne qui a eu la chance d’être présente au Forum, je dirai ceci : "Notre pays n’a pas besoin de miracles ! Il a besoin de nous."

Témoignage de Mohamed Rhayem, étudiant en 2e année, licence fondamentale de langue, littérature et civilisation françaises
J’ai participé, comme mes camarades, au Forum Mondial de la Démocratie à Strasbourg. Le grand évènement m’a donné la chance de rencontrer un grand nombre de jeunes et de moins jeunes. J’ai admiré l’engagement de plusieurs associations engagées dans la construction de la démocratie à partir de l’éducation pour tous. L’exemple de l’Ukraine que j’ai suivi dans un des labs m’a particulièrement intéressé : il s’agit d’une réforme éducative inscrivant la démocratie depuis l’école primaire. J’ai été également intéressé en particulier par les efforts pour l’éducation mobile dans les pays pauvres.
Les multiples expériences nous incitent, nous les Tunisiens, à faire davantage de même pour notre pays.

[1L’Association méditerranéenne pour la Pédagogie et la Citoyenneté, sise à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de Manouba : http://www.flm.rnu.tn/

[2Elle travaille avec d’autres associations en France, en Algérie et au Maroc.

retour à la liste des articles format imprimable

- Plan du site - Mentions légales - Contacts - mise à jour : 25 avril 2017
Soutenir par un don