....................................................................

Sur le même thème

- Démocratie -

Tunisie - France, projets pour la démocratie

Thérèse Locoh
Atelier Pour un avenir solidaire de LVN

Comment est né ce projet ?
Depuis plusieurs années, l’envie était grande à LVN d’organiser un voyage d’études en Tunisie, comme il y en a eu dans plusieurs pays d’Europe. La révolution tunisienne, début 2011, était une raison supplémentaire pour rencontrer des Tunisiens et mieux comprendre l’incroyable l’insécurité et les massacres de Sousse et du Bardo ont freiné les projets déjà esquissés. Aller en grand groupe paraissait difficile… Mais partir rencontrer des amis en voyage privé, c’était possible et c’est ce qu’ont décidé trois membres du groupe Vallée de la Bièvre et de l’atelier "Pour un avenir solidaire". Grâce à leurs amis tunisiens, ce fut une semaine riche de rencontres avec des personnalités remarquables, qui ont défendu bec et ongle, malgré les violences, leur démocratie.

Comment poursuivre ce dialogue ?
LVN s’engage alors dans deux directions. Faire mieux connaître le combat des citoyens tunisiens en invitant des personnalités qui portent leur voix, d’une part, initier une réflexion commune avec ces interlocuteurs pour construire avec un partenariat renforçant des deux côtés de la Méditerranée la vitalité de la société civile, d’autre part.

Une conférence sur le renouveau démocratique en Tunisie
En juin 2016, une conférence-débat a donc été organisée à Antony pour entendre deux personnalités emblématiques de la transition démocratique. Souad Triki et Habib Kazdaghli ont répondu à notre invitation. Souad Triki a été la vice-présidente de l’instance supérieure indépendante pour les élections de l’assemblée constituante (en 2012). Habib Kazdaghli, doyen de la faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’université Tunis-la Manouba, a dû faire face en 2012 aux provocations des salafistes dans sa faculté et a finalement gagné le procès qui lui avait été intenté à l’instigation des islamistes radicaux.

Les deux conférenciers, devant plus de 100 personnes, ont exposé et éclairé l’expérience démocratique remarquable de la Tunisie, retracé les étapes de la transition, ses multiples rebondissements et le rôle essentiel qu’a joué la société civile. Son rôle le plus marquant a été d’arriver à un consensus de tous les partis pour l’organisation des élections, fin 2014, dont l’objectif était l’adoption de la nouvelle constitution. Rôle salué par l’attribution du prix Nobel de la paix à quatre grandes institutions de la société civile qui s’étaient constituées en "quartet" : la centrale syndicale UGTT, le Syndicat Patronal, la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme et l’Ordre National des Avocats. La construction de la nouvelle démocratie tunisienne a été rythmée par les temps forts des élections, secouée par des événements violents, menacée par la persistance des difficultés économiques. Mais elle continue à être soutenue par l’énergie et l’espoir de toute une société civile très active. C’est ce dont ont témoigné, avec force, Souad Triki et Habib Kazdaghli.

Vus d’Europe, les événements en Tunisie suscitent des réactions qui vont de l’admiration pour la lutte des Tunisiens au pessimisme sur l’avenir.
Les rencontres avec les acteurs de ce bouleversement, unique en pays arabes, nous ont convaincus qu’il faut bannir les jugements trop rapides et parfois condescendants, convenons-en.
Cette jeune démocratie a beaucoup à apprendre à la nôtre, minée par les populismes, les carriérismes des élites politiques et, trop souvent, le découragement du simple citoyen.
Nous avons tout à gagner à échanger nos expériences respectives de défense de la vie démocratique.

C’est pourquoi les instances de LVN ont souhaité développer une collaboration avec les institutions de la société civile tunisienne.

Journée d’échanges avec Souad Triki et Habib Kazdaghli : l’émergence d’un projet de partenariat.
Profitant de la présence de nos deux invités en France, nous avons travaillé à de premières actions citoyennes entre LVN et des associations tunisiennes. Nous les avons conçues comme un échange d’expériences à parité des deux pays. LVN – personnalistes et citoyens et ses partenaires peuvent apporter une certaine expérience de la vie démocratique locale à leurs interlocuteurs, mais ils apprendront aussi beaucoup des Tunisiens sur les luttes nécessaires pour faire vivre concrètement une démocratie en construction.

C’est dans cette dynamique qu’ont émergé deux initiatives.

1. Session "échange de pratiques électorales France-Tunisie"
Des élections municipales sont prévues en mars 2017 en Tunisie. De nombreuses actions peuvent être engagées pour les préparer.
En octobre 2016, une dizaine de membres de LVN (ou d’associations amies) investies dans la vie politique (principalement dans la vie municipale) vont participer, à l’invitation de l’association Lam Echaml, à un colloque sur le thème Démocratie locale et bonnes pratiques à l’épreuve des deux rives de la Méditerranée.

Les thématiques suivantes seront notamment évoquées par les participants de LVN :
• systèmes électoraux, représentation des minorités
• fonctionnement d’un conseil municipal, représentatif ou participatif
• démocratie participative, pourquoi, comment, difficultés et facteurs de réussite.

Quatre-vingt à cent représentants d’associations tunisiennes seront présents. Les membres de la délégation de LVN profiteront de leur séjour pour établir ou renforcer des relations avec des responsables d’associations citoyennes tunisiennes intéressées par des échanges avec LVN sur les systèmes français et tunisiens, sur les actions militantes menées en France et en Tunisie (comment organiser des réunions publiques, comment interpeller des candidats, etc.).

2. Accueil d’étudiants tunisiens à Strasbourg
Ils seront une dizaine à participer du 7 au 9 novembre au Forum mondial de la Démocratie, organisé chaque année par le Conseil de l’Europe et qui cette année aura pour thème "Démocratie et égalité : que peut l’éducation ?". L’université La Manouba va préparer les étudiants à ce voyage et financer leur voyage. Le groupe LVN de Strasbourg organise leur hébergement et leur réception par plusieurs personnalités : M. Sueur, Président du Groupe interparlementaire France-Tunisie du Sénat, le Sénateur Reichardt, sénateur du Bas-Rhin et Roland Ries, Maire de Strasbourg, Président de Cités-Unies.
Ces deux initiatives ont conduit LVN à rechercher des appuis dans les milieux politiques ayant des liens avec la Tunisie. Le Président du groupe d’amitié France-Tunisie du Sénat, Jean-Pierre Sueur, a réagi très favorablement et accordé son parrainage à nos deux actions. D’autres réponses nous encouragent à poursuivre ce partenariat. Ces deux initiatives montées en 2016 ne sont qu’un premier pas. Avec l’accord du CA, l’atelier politique, l’atelier " Pour un avenir solidaire", le groupe Vallée de la Bièvre, qui ont été à l’initiative du projet, sont prêts à poursuivre la collaboration avec la société civile tunisienne. Nous avons besoin les uns des autres et l’échange d’expériences est un moyen déterminant de trouver de nouveaux chemins de la démocratie.

retour à la liste des articles format imprimable

- Plan du site - Mentions légales - Contacts - mise à jour : 18 avril 2017
Soutenir par un don