....................................................................

Sur le même thème

- Développement durable -

Visite au magasin Brin d’Herbe

Par Jean Travers, groupe de Rennes

Brin d’Herbe fait le lien, en milieu péri-urbain, entre le monde agricole et les citadins. Les clients appartiennent à ces deux mondes et leurs choix d’achats (400 clients et 15 000 € de chiffre d’affaires par semaine) orientent les choix de production : une interaction s’opère entre consommateurs et producteurs en dehors des circuits des intermédiaires habituels. Le circuit court permet des prix de vente compétitifs. La dénomination récente "magasin de paysans" ne doit rien au hasard et connote une identité de producteurs ancrés dans le terroir.

Après la visite de sa ferme, Pascal Garçon nous guide jusqu’au magasin de paysans Brin d’Herbe à Vézin-le-Coquet à quelques kilomètres à l’ouest de Rennes.

Installé dans une ferme, ce magasin commercialise des produits bio issus des exploitations agricoles adhérentes. Brin d’Herbe est un GIE, groupement d’intérêt économique (de service), composé de 18 membres et de 30 associés qui alimentent le magasin en "dépôt-vente". Deux principes fondent cet outil de commercialisation : le circuit court sans intermédiaire entre producteur et consommateur et la rémunération du travail des producteurs.

En 1991, dix puis douze producteurs décident de se regrouper pour offrir une plus grande diversité de produits à commercialiser en dehors des circuits de la grande distribution. Ils planchent 18 mois sur ce projet avant de le mettre en œuvre. Aujourd’hui, dix-huit producteurs, en majorité "bio", composent ce GIE.

Pour mettre sur pied Brin d’Herbe il a fallu :
• choisir un système juridique adéquat : le GIE de service est apparu plus adapté que le GIE commercial,
• rédiger les chartes de production,
• élaborer le Règlement Intérieur de fonctionnement qui comprend actuellement six commissions : travaux, produits, mise en commun, gestion, organisation du travail, vie de groupe. Cette dernière a pour fonction de régler les conflits qui n’ont pas manqué de surgir malgré la convergence des objectifs et des moyens. Ainsi, le groupe a dû se séparer d’un exploitant qui ne respectait pas les règles d’hygiène dans son exploitation.

Plusieurs étapes ont ponctué la réalisation du projet :
• en mai 1992, le groupe a commencé par rénover un cellier à Chantepie, à l’est de Rennes, coût : 70 000 €.
• en septembre 1998, construction du magasin à Vézin : 140 000 €,
• en mai 2000, agrandissement du magasin de Chantepie : 70 000 €.
Le financement a été assuré par la valorisation du travail des membres (ventes), des subventions de la Région (20%), et de Rennes Métropole (20%) ainsi que des emprunts bancaires.

Les adhérents se réunissent toutes les six semaines et abordent les questions des différentes commissions ; les décisions importantes se prennent par vote (une ferme = une tête = une voix). Un système de péréquation entre adhérents permet de pondérer les contributions de chacun en termes d’heures de travail fournies, de frais de déplacement au service de Brin d’Herbe, etc. Aujourd’hui, Brin d’Herbe totalise 15 000 heures de travail par an et emploie cinq salarié(e)s.

Un sigle, NESO, inspiré de Nature et Progrès, résume la philosophie de cette expérience : Naturel, Energie, Social, Origine.

retour à la liste des articles format imprimable

- Plan du site - Mentions légales - Contacts - mise à jour : 22 septembre 2017
Soutenir par un don