....................................................................

Sur le même thème

- Démocratie -

Kingersheim et la démocratie de proximité

Par Jean-Philippe Marcy, Secteur Politique.

L’exigence de démocratie participative suppose un changement de comportement des élus et des citoyens.
La Vie Nouvelle lors de sa session d’été sur la démocratie a travaillé pendant une journée avec Joseph Spiegel, maire et conseiller général (PS) de Kingersheim dans le Haut-Rhin et président de la Communauté d’agglomérations de Mulhouse-Sud-Alsace.

Joseph Spiegel est animé de convictions profondes : la Démocratie participative est un enjeu de transformation de la société. La Démocratie doit être une démocratie de fraternité où « la politique n’est pas tout, mais le politique est en tout » (Emmanuel Mounier). 

Quels sont les enjeux de la démocratie locale ?

Refonder la citoyenneté active et sortir de la relation électeurs-consommateurs d’un côté élus-magiciens de l’autre. Il faut amener les habitants à cheminer,à faire l’expérience d’un débat constructif, à avoir le courage de participer à un forum pour l’élaboration d’un compromis dans le sens de l’intérêt général. Il ne s’agit pas de travailler « pour » les habitants mais « avec » eux.

L’objectif des Etats Généraux de la Démocratie est d’améliorer la pratique démocratique pour mieux vivre ensemble, d’améliorer l’information, l’écoute, le dialogue, la concertation.

Comment y arriver ?

L’équipe municipale est recrutée sur le critère essentiel des compétences, les collaborateurs sont choisis pour leur sens du service public. Un gros travail de réflexion est fait sur la question : comment travailler ensemble ?

L’information et la communication jouent un rôle essentiel. Un journal paraît tous les deux mois et des lettres d’information ciblées sont envoyées dans les quartiers.

Pour chaque projet, la ville associe les habitants par la mise en place de conseils consultatifs.

En ce qui concerne la concertation, l’établissement de projets, un principe est érigé : rappeler ce qui est du domaine législatif,ce qui est négociable et ce qui ne l’est pas. Il faut donc préciser le périmètre de la démocratie.

Deux exemples significatifs illustrent ce point :

- 1 - L’espace des jeux de Bramont. L’objectif est de refaire l’espace de jeux. En réunion publique le maire expose la démarche : le jeu est fondamental pour l’évolution des enfants, l’espace est donc indispensable. Par contre, tout le reste est négociable.

- 2 - Les logements sociaux. A ceux qui contestent la volonté de constructions nouvelles, le maire rappelle la loi. Par contre, tout le reste est négociable.

- 3 - La commune a rattrapé son retard sur les autres communes et des réalisations emblématiques apparaissent :

  • Le Village des enfants, le Centre de Rencontre Echange Animation. Ce Centre a trois missions : culturelle, ludique et sociale. Des animateurs et des médiateurs accompagnent les jeunes et travaillent sur des projets. La Maison de la Citoyenneté est par excellence le lieu pour la consultation, le dialogue, la participation. Elle comporte une salle de convivialité, des salles de réunion pour les commissions et un espace moderne « L’Agora ». Cette Maison est ouverte aux commissions, associations, au Comité d’agglomération, aux Conseils participatifs, au Conseil municipal. C’est donc un lieu de délibération et de décision pour les élus. L’opposition dispose d’une salle.
  • Les Etats Généraux de la Démocratie ont été mis en place en 1998. Il y a d’abord eu rencontre des habitants. Le maire se déplace, prend note des problèmes, un questionnaire est distribué afin de réfléchir à l’avenir de la commune, l’objectif étant d’avoir une vision d’ensemble satisfaisant l’intérêt collectif. Les Etats Généraux de la Démocratie ont été pérennisés.

A Kingersheim, il y a un conseil de la vie associative. L’objectif est de fournir aux associations les moyens d’être autonomes et indépendantes.
Quelle est la place faite à l’opposition municipale ? Dans la commune, il y a 26 élus majoritaires, 5 élus UMP et 1 FN. La volonté est de respecter cette opposition, mais il faut remarquer que les opposants font peu de propositions.

Quels sont les objectifs pour les années à venir ? Une plus grande représentativité des Conseils participatifs, la création de jurys citoyens et d’un service civique volontaire pour les jeunes.

Kingersheim fait partie de la Communauté d’agglomération Mulhouse-Sud-Alsace qui regroupe 16 communes et 170 000 habitants.
Quels sont les objectifs de la Communauté ? Faire ensemble ce qu’on ne peut pas faire seul, choisir des services publics, définir l’intérêt communautaire et pratiquer la solidarité par péréquation fiscale. Il est impossible de faire du développement durable dans une seule commune aussi cela justifie-t-il une politique intégrée dans l’intercommunalité. Cette politique doit inclure les aspects sociaux et l’emploi.

La Communauté d’agglomération s’est dotée le 12 juillet 2007 d’un plan climat. L’établissement du projet a comporté plusieurs étapes, d’abord un diagnostic pour mesurer commune par commune la production de gaz à effet de serre, puis une implication de la population afin de faciliter la prise de conscience et de trouver ensemble des solutions. La projection du film d’Al Gore Une vérité qui dérange a permis de sensibiliser la population. Une quarantaine de citoyens ont accepté de participer à un Conseil consultatif. Le plan climat énonce des orientations concernant l’habitat, les transports, les modes de consommation .

Au terme de cette journée passée avec Joseph Spiegel, quelle conclusion peut-on tirer ? Nous n’avons pas reçu de recette toute prête, mais il est certain que la philosophie proposée et les réalisations concrètes exposées montrent clairement qu’à Kingersheim les individus sont des citoyens actifs. La Démocratie participative est bien un enjeu de transformation de la société.

retour à la liste des articles format imprimable

- Plan du site - Mentions légales - Contacts - mise à jour : 18 avril 2017
Soutenir par un don