....................................................................

Toulouse

Le groupe de Toulouse propose un atelier sur la simplicité volontaire, c’est OASIS (Osons adopter la simplicité solidaire).

Avec L’université populaire de Philosophie, ils organisent chaque mois une conférence.

PROGRAMME 2017 des conférences-débat de l’atelier OASIS


Quand : le quatrième jeudi de chaque mois, à 20h30
 : à la maison de la philosophie, 29 rue de la digue à Toulouse

Contact toulousains :
jean.claude.boutemy[at]libertysurf.fr

jeudi 23 fév. : Une approche féministe de l’écologie.
Par Marie Renault
Les théoriciennes du care et les écoféministes ont montré que l’asservissement de la nature est inséparable de celui des classes d’êtres considérées comme inférieures (femmes, personnes non-blanches, peuples "primitifs", animaux, végétaux). Reliant crise écologique et critique sociale, elles montrent l’origine commune des systèmes de domination de notre monde moderne dans des « Grands Partages », qui configurent notre appréhension du monde et hiérarchisent les êtres entre eux, les séparant plutôt que d’en signifier leur continuité. L’approche féministe montre que l’écologie est une question sociale, tant dans ses fondements conceptuels et historiques, que dans ses conséquences matérielles.

jeudi 23 mars : Science, Technique et Politique : quel Destin pour l’Humanité ?
Par Julien Rousseau
Une articulation entre Science, Technique et Politique se dessine à la lumière de faits et d’événements historiques des XXe et XXIe siècle. Cette articulation singulière constitue une grille de lecture de l’Histoire à partir de laquelle peuvent être explorés les enjeux qui attendent l’Humanité au cours de ce siècle. Dans cette perspective, quelles marges de manœuvre individuelles et collectives, et quelles alternatives s’offrent à nous ? Nous présenterons à cet égard le site http://jesuismaplanete.net/ qui apporte quelques éléments de réponse.

Jeudi 27 avril  : La condition animale, repenser notre relation au vivant
Par Nathalie Léo
Qu’y a-t-il de juste et d’éthique à exploiter et tuer des êtres doués de sensibilité alors qu’il n’y a aucune nécessité vitale le justifiant ? Les recherches scientifiques en éthologie ont progressé, mettant à jour ou confirmant ce que l’humain de bon sens pouvait déjà observer : les animaux non humains sont des êtres sensibles, ayant leur propre intérêt à vivre par et pour eux mêmes. Si nous souhaitons évoluer vers une société plus juste, non violente, respectueuse et humaniste, une remise en question de la place des animaux est nécessaire. C’est une question de justice avant tout, mais elle a un impact non négligeable sur l’écologie et la santé humaine."

Jeudi 18 mai L’apocalypse joyeuse selon Jean-Baptiste Fressoz
Par Claudine Sevila
Jean Baptiste Fressoz est historien des sciences. Par un travail minutieux et rigoureux, il démontre que l’avènement de la société industrielle s’est fait en démolissant les règles, les représentations, la morale, les institutions mises en place par l’ancien régime. Celles-ci avaient une fonction de protection de l’environnement, des hommes et des ressources, et elles ont été abattues par les tenants de l’industrialisation. L’auteur détricote maille à maille l’idée selon laquelle l’industrialisation a fait des erreurs par le passé, par ignorance et que désormais, elle va devenir vertueuse. Fort d’une meilleure connaissance de son passé collectif, le lecteur ressort de cet ouvrage plus averti pour décoder les grandes stratégies de communication sur le développement de l’activité des hommes.

Pour contacter le groupe, vous pouvez remplir ce formulaire :

Recopier le chiffre suivant : 22

retour à la liste des articles format imprimable

- Plan du site - Mentions légales - Contacts - mise à jour : 22 juin 2017
Soutenir par un don